Bague à cigare :
tabac et lithographie

Industrie du tabac et lithographie :
une histoire d'amour qui dure...

Deux siècles d'illustrations prestigieuses

Au XIXème siècle, face à l'essor fulgurant de leur industrie, les fabricants de tabac cubains cherchent rapidement différents moyens de se protéger des fraudes et contrefaçons, et de l'autre de valoriser leurs précieux travaux avec des impressions colorées, destinées à attirer l'attention du plus grand nombre d'amateurs de cigares purs (puros).


En savoir plus sur l'Histoire du tabac à Cuba


En parallèle, la LITHOGRAPHIE est déjà à l'époque une industrie suffisamment mature pour produire des impressions de qualité à un prix compétitifLa conjonction de son industrie avec celle du tabac permet alors un développement et une amélioration rapide de leurs offres, obligeant les fabricants de tabac et les imprimeurs lithographiques à s'améliorer de jour en jour en design, originalité et beauté afin d'offrir un produit final de la plus haute qualité.


L'industrie du tabac, déjà importante depuis le XVIIIe siècle en Espagne et dans ses colonies, était alors limitée par la restriction de débit de tabac.  Elle commence son puissant envol au début du XIXe siècle grâce à la vague mondiale de libéralisation du commerceL'imprimé lithographique était déjà utilisé avec succès pour de nombreux produits sous forme d'étiquettes, affiches et publicités, tels que : savons, liqueurs, bonbons, parfums, allumettes, chocolats, etc...


En ce qui concerne la date à laquelle les premières bagues de cigares et les premières habilitations sont apparues, nous trouvons des données différentes selon les sources d'information utilisées. Beaucoup d'entre elles n'ont d'ailleurs pas le moindre fondement historique. Les dates que je vais détailler sont le résultat des enquêtes les rigoureuses et sérieuses menées par Florencio Giménez Caballero, un expert en la matière, vitolphiliste de renommée internationale.


Outre sa passion pour ce type de collection, il a été un étudiant infatigable du monde du tabac, en particulier du tabac cubain et de son environnement. Florencio s'est rendu à Cuba à plusieurs reprises et a eu accès aux archives officielles des usines de tabac et des maisons lithographiques, ce qui lui a permis d'acquérir une grande et fiable connaissance du sujet. D'après ses études, on peut affirmer ceci :


Entre 1836 et 1840 apparaissent les premières étiquettes lithographiées, incorporées dans les boîtes de cigarettes, aujourd'hui connues sous le nom de paquets de cigarettes.


Entre 1845 et 1850 tous les fabriquants de tabac distribuent leur production accompagnées de leur lithographie, exclusivement dans les boîtes, limitant ainsi les contrefaçons et se donnant la possibilité de se démarquer.


ce n'est qu'après 1870, que les premières bagues de cigare apparaîsssent, entourant chaque cigare.


La lithographie, inventée en 1796 par le Tchèque Alois Senefelder, est rapidement diffusée par ses associés, disciples et adeptes, mais souffre de différentes vicissitudes et met du temps à se développer pour pouvoir être appliquée industriellement. La lithographie décolle néanmoins avec force, propulsée sans doute par l'invention de la chromolithographie en 1837 par l'imprimeur allemand Godefroy Engelmann. Un véritable boulversement esthétique et technique dans l'histoire de l'impression.


Au milieu du XIXe siècle, l'industrie lithographique assume la plus grande partie de la production mondiale de copies papier, ayant une force incontestable sur toutes les autres techniques de gravure utilisées jusqu'alors, en obtenant des copies de grande qualité et fidèles à l'illustration originale, et ce de manière industrielle et à des prix très compétitifs.

A Cuba, en 1838, un bon nombre d'ateliers lithographiques sont implantés, mais parmi eux, deux se distinguent en maîtres sur le territoire cubain : l'imprimerie lithographique de la Société Royale Patriotique de La Havane, de Cosnier et Moreau, et l'imprimerie lithographique du gouvernement espagnol, des Frères Costa.


Au même moment en Europe, l'Allemagne atteint un développement technique et industriel énorme. Concrètement, dans le domaine de la lithographie et malgré ses lacunes dans le domaine artistique, cet énorme développement lui a permis, le moment venu, d'avoir les meilleures usines et ateliers lithographiques. La pression du marché a conduit l'industrie allemande de la lithographie à se spécialiser dans la production d'éléments lithographiques décoratifs, en grande partie destinés à l'industrie du tabac dans le monde entier : États-Unis, Cuba, Mexique, Espagne, Philippines, Belgique, Pays-Bas, etc...


Aux Etats-Unis, ils cultivent la plante depuis le 17e siècle, surtout en Virginie et en Floride. Malgré leur exprérience, leur feuille de tabac est de moindre qualité que la cubaine. Et pourtant, quelque chose de similaire se produit : la convergence d'une industrie du tabac très puissante, avec celle de l'industrie lithographique déjà très experte. Cette convergence est possible grâce aux immigrés allemands hautement qualifiés et encouragés par le gouvernement allemand lui-même.


Compte tenu de l'ampleur de ce sujet passionnant, parler des principales entreprises ou des ateliers lithographiques qui ont travaillé pour le monde du tabac pourrait certainement prendre des années de travail et des centaines de pages.


En pratique, c'est quoi la lithographie ?

La chromolithographie c'est quoi ? Explications en vidéo. Source INA, 1955.

A propos du vitolphiliste que je suis

A la mémoire de mon père

Ma collection de bagues de cigare a commencé dans les années 1940 alors que je n'étais qu'un petit garçon : je les gardais précieusement chaque fois que mon père fumait son cigare. Il fumait essentiellement des cigares cubains et méxicains et de quelques marques européennes (Belgique et Pays-Bas). A cela s'ajoute la collection de bagues à cigare canariennes que mon beau-père gardait dans une grande boîte qu'il a fini par m'offrir..


Ma collection est celle d'une vie. J'en suis très fier.

Je reste à votre disposition pour toute transaction qui pourrait être utile aux deux parties : Achat, Vente ou Echange.

J'ai une grande quantité de bagues de cigares en plusieurs exemplaires.

Email : contact@t-a-a.org